Nestlé Philippines

Conflit de travail chez Nestlé aux Philippines


Cela fait maintenant plus de 7 ans que dure la grève de quelques 600 ouvriers et ouvrières de l'usine Nestlé de Cabuyao. Le facteur déclenchant de cette grève fut le refus de Nestlé de reconnaître le plan de retraite comme faisant partie de la convention collective de travail. Le groupe entendait fixer les droits à la retraite selon son bon vouloir. En 2006, la plus haute instance judiciaire a, pour la deuxième fois, accordé gain de cause aux grévistes, mais Nestlé refuse de respecter cette décision et de l'appliquer. Pour Nestlé il n'y a pas de grève : les ouvriers et les ouvrières ont été licenciés dès 2002.
Meurtres de syndicalistes.

Déjà deux présidents du syndicat Union of Filipro Employees (UFE) ont été assassinés pendant des activités de grève : Mileton Roxas, qui était à l'époque président du syndicat de l'usine Nestlé de Cabuyao en 1989 et, le 22 septembre 2005, son successeur Diosdado «Ka Fort» Fortuna. Une enquête diligentée après ces assassinats par le Centre pour les droits syndicaux et les droits humains (CTUHR) fait apparaître que, compte tenu des indices et des témoignages recueillis, la responsabilité est du côté de l'armée ainsi que de Nestlé Cabuyao.

Direkter Download - Achtung Link öffnet sich in einem neuen Fenster (Fact-finding Mission Report on the Killing of Diosdado “Ka Fort” Fortuna - document, 89 KB)   Fact-finding Mission Report on the Killing of Diosdado “Ka Fort” Fortuna (89 KB)
Au printemps 2006, le Président en exercice du syndicat, Noel Alemania, s'est rendu en Suisse afin d'attirer l'attention de l'assemblée générale de Nestlé sur la situation aux Philippines. Lors d'un entretien avec Nestlé, on lui a fait espérer que Nestlé mettrait tout en œuvre pour qu'une solution soit trouvée aux Philippines – vaine promesse. « Jusqu'ici 17 grévistes sont morts de maladies, la plupart de nos enfants ont dû quitter l'école, 75 % des prêts immobiliers finançant les maisons de nos travailleurs ont été résiliés par les agences. Intimidations, harcèlements, flicages et menaces de mort contre les membres actifs et les dirigeants syndicaux sont monnaie courante », écrivait Noel Alemania le 3 décembre 2007.
Décision du tribunal

Décision du tribunal de grande instance prononcée en 2006, par laquelle Nestlé est mis en demeure de reprendre les négociations :

"The ruling of the Court of Appeals on the inclusion of the Retirement Plan as a valid issue in the collective bargaining negotiations between UFE-DFA-KMU and Nestle is AFFIRMED. The parties are directed to resume negotiations respecting the Retirement Plan and to take action consistent with the discussions hereinabove set forth.”
(The Supreme Court 1st Division G.R.Nos.158930-31/ G.R.Nos.158944-45 UFE-DFA-KMU VS. Nestle Phils., Inc. August 22, 2006 )


Firmen-News

03.08.2017
LafargeHolcim dément vouloir construire le mur de Trump
Critiqué en mars, le groupe franco-suisse assure ne pas avoir été contacté pour un mandat et n’avo...
 
08.05.2017
Lettre ouverte au nouveau CEO de Nestlé
Lettre ouverte de Yasmine Motarjemi, 4.4.2017 Cher M. Schneider, Au cours des derniers mois...
 
Pesticides: la Suisse exporte des produits interdits vers les pays en développement
Des données confidentielles obtenues par Public Eye montrent que la Suisse exporte de l’atrazine e...

Werde MultibeobachterIn

Weiter lesen